Home / Environnement / DETERIORATION DES HABITATS DES POPULATIONS DE FEBE PAR LES TIRS D’EXPLOSIFS DE LA CARRIERE CHINOISE JINLI CAMEROUN SARL : L’INSOUCIANCE DES AUTORITES ADMINISTRATIVES ACCENTUE LA DOULEUR DES POPULATIONS

DETERIORATION DES HABITATS DES POPULATIONS DE FEBE PAR LES TIRS D’EXPLOSIFS DE LA CARRIERE CHINOISE JINLI CAMEROUN SARL : L’INSOUCIANCE DES AUTORITES ADMINISTRATIVES ACCENTUE LA DOULEUR DES POPULATIONS

72d774c2-8351-4ada-899d-018928fa279dDepuis deux années et demie d’intenses activités d’exploitation, la carrière chinoise Jinli Cameroun Sarl de Fébé continue de faire secouer toute la localité. Les opérations de tirs d’explosifs, sensées se conformer aux règles de l’art minier tel que indiqué dans les articles 50 (2) et 55 (2) de la Loi N°2016-17 du 14 Décembre 2017 portant Code minier camerounais que le permis d’exploitation de la petite mine ou de la mine industrielle « confère à son titulaire le droit d’extraire de la terre ou sous la surface de la terre, des substances minérales, par tout procédé ou méthode conforme aux règles de l’art, afin d’en retirer les substances utiles », entrainent des vibrations ondulatoires qui affectent négativement les habitats des populations de Fébé.

En effet, les règles de l’art minier entendues selon l’article article 4 du même code minier comme les « conditions techniques et méthodes d’exploration, d’exploitation pour mieux valoriser le potentiel du gisement, ainsi que pour optimiser la productivité et les conditions de sécurité industrielle, de sécurité publique et de protection de l’environnement » ne sont précisées nulle part dans les textes juridiques camerounais. Ce qui donne la liberté aux exploitants chinois de procéder à des tirs d’explosifs selon leur propre volonté. Deux années et demie sont déjà passées, les habitats humains connaissent une détérioration sans précédente. Les témoignages suivants attestent de l’état de dégradation des maisons et de frustration que ces dommages créent au sein de la population :

« Les maisons mêmes se gâtent, même la maison qui est là-bas en chantier, la maison était gâtée et on est parti l’arranger. Il y a une maison qui est encore là-bas, les gens sont allés se plaindre et on est parti arranger. (…) Les gens se plaignent, quand toi-même tu as ta maison et que ça se gâte, tu peux rester tranquille ? Tu ne peux rester tranquille. Le type si, Roméo, il était parti là-bas à plusieurs reprises. Il se peut que … ils se sont entendus ».

« Le jour où ils disent qu’ils explosent ça on souffre. Nous souffrons franchement. Ça vibre et les cailloux s’envolent. Le caillou était venu une fois tomber ici-là. Ça a coupé la branche du machin là (parlant du manguier) et il y avait un monsieur là. Si ça le prenait ce qu’il y a eu mort dans ma concession. On ne gagne rien papa, il y a rien là qu’on gagne ».

« (…), les secousses à cause des charges disproportionnées. (…). Mon voisin se plaint des fissures sur sa maison et même chez moi, nous avons aussi des fissures ».

Les inquiétudes au sein des populations sont d’autant plus grandes lorsque ces dernières pensent à l’avenir de leurs investissements et de leurs maisons qui n’ont pas été construites en prenant en compte les normes sismiques comme l’affirme un autre autochtone de la localité : « Nous vivons avant la carrière et nos maisons n’ont pas été construites en prenant en compte des conditions sismiques. Maintenant nos maisons sont affectées par les secousses ».

Informés par les populations riveraines sur les impacts des vibrations sur leurs maisons et leurs investissements, les exploitants chinois et les autorités administratives locales n’ont jamais donné de suite à leurs préoccupations. Approché pour une énième fois par les populations riveraines au sujet des impacts de la carrière lors de sa tournée le mois de mars 2022, Le Sous-préfet de l’arrondissement territorialement compétent du ressort de ce village, a presque brandi les menaces à l’endroit de ces dernières en défendant la cause des exploitants chinois.  Cette indifférence des autorités administratives accentue la douleur des populations riveraines qui ne savent plus quoi faire face à cette   situation.

Par DJAWA WALIDJO Alain 

About Earth Cameroon

Check Also

ministre

LES DIFFERENTES STRATEGIES DU MINDCAF POUR LUTTER CONTRE LES VENTES ILLEGALES DES TERRES AU CAMEROUN

 Le jeudi 28 avril 2022 le Premier Ministre chef du gouvernement, a présidé le conseil ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>