Home / Foncier / CAMEROUN: AU BORD DE L’IMPLOSION, LE CAMP DE REFUGIES NIGERIANS DE MINAWAO DANS L’EXTREME-NORD, EST SURPEUPLE ET MANQUE D’EAU

CAMEROUN: AU BORD DE L’IMPLOSION, LE CAMP DE REFUGIES NIGERIANS DE MINAWAO DANS L’EXTREME-NORD, EST SURPEUPLE ET MANQUE D’EAU

camp

La solution de construction d’un deuxième camp de réfugiés à Tchéré est vivement attendue. Mais les autorités tergiversent tandis que les tensions couvent.

Un second camp de réfugiés nigérians dans l’Extrême-Nord est une urgence qui, si elle n’est pas traitée, prépare la zone à de sérieuses perturbations. À en croire le journal L’Œil du Sahel dont la Une de ce mardi 21 juillet 2015 est consacrée au sujet, le camp de Minawao, initialement construit pour 20 000 réfugiés, en accueille maintenant 45 000 dont 10 000 arrivés au cours des deux derniers mois.

La première menace est celle du manque d’eau. Le journal cite une source des services du gouverneur de la Région de l’Extrême-Nord, qui s’alarme : « Sur la trentaine de forages installés, la moitié fonctionne à peine parce que l’eau de la nappe souterraine se fait de plus en plus rare. C’est grâce aux ONG comme Médecins Sans Frontières et aussi à Camwater qui acheminent de l’eau dans des camions que nous tenons encore. Heureusement que la saison des pluies et venue nous soulager, autrement, on serait dans le pétrin ».

Avant les pluies, poursuit le journal, les réfugiés recevaient chacun 8 litres d’eau par jour au lieu des 15 prévus par les Nations Unies.  « Si nous ne trouvons pas une solution maintenant, prévient un responsable de l’ONG Ieda Relief, la saison sèche sera encore plus compliquée avec davantage de réfugiés qui vont affluer ici ».

À la mi-juin pourtant, René Emmanuel Sadi le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation qui avait visité la zone, avait promis l’octroi d’un nouveau site afin de décongestionner le camp de réfugiés nigérians de Minawao.

Selon le journal, la localité de Tchéré située à une quinzaine de kilomètres de Maroua était pressentie pour son potentiel en eau, « capable de satisfaire les besoins de 30 000 à 50 000 personnes. La moitié des réfugiés de Minawao pourrait alors y être déplacée ».

Mais jusque-là, le financement de cette opération reste une équation difficile. « De fait, sur les 38 milliards FCFA attendus par les agences des Nations Unies (HCR, PAM) pour cette année 2015, les donateurs internationaux n’ont mobilisé jusqu’ici que 30% de l’enveloppe. Aussi, beaucoup de se demandent dans ces conditions comment le nouveau camp de Tchéré pourrait être opérationnel à court terme », conclut le journal.

Esther Ayissi (Stagiaire) Cameroon-info.net21juil.2015

 

About Earth Cameroon

Check Also

CEMAC-Afrique

LA TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES REVENUS DES RESSOURCES NATURELLES DANS LA ZONE CEMAC : PLUS DE MORATOIRE SUR LA REGLEMENTATION DE CHANGES POUR LES ENTREPRISES EXTRACTIVES !!!

Le 21 décembre 2018 la Réglementation N°2/18/CEMAC/UMAC/CM/PORTANT réglementation des changes dans la zone CEMAC a ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>