Breaking News
Home / Environnement / NIEME LETTRE DU COLLECTIF DES RIVERAINS DE LA SOCIETE CHINOISE JINLI CAMEROUN SARL DE FEBE AU DIRECTEUR GENERAL DE LADITE ENTREPRISE

NIEME LETTRE DU COLLECTIF DES RIVERAINS DE LA SOCIETE CHINOISE JINLI CAMEROUN SARL DE FEBE AU DIRECTEUR GENERAL DE LADITE ENTREPRISE

     22 JuinLe collectif des riverains de la société chinoise Jinli Cameroun a saisi par une nième correspondance le Directeur Général de ladite société pour exprimer leur ras-le-bol après trois années d’exploitation de leurs richesses naturelles locales. Selon l’objet de la lettre, le collectif des riverains de la société chinoise Jinli dénonce les injustices et les dommages insupportables que la société les fait subir du fait de ses activités d’exploitation de la carrière de Fébé.

    En effet, après trois ans d’exploitation des richesses naturelles locales, les populations riveraines déclarent bénéficier d’aucune retombée de cette exploitation alors qu’elles subissent des graves dommages causés par les activités de cette entreprise. Parmi ces dommages, les populations évoquent entre autre :

  • La détérioration des habitats des villageois par les jets des prières et les vibrations ondulatoires lors des opérations des tirs d’explosifs,
  • La dégradation de la qualité d’air par la poussière lors des passages des camions et rejet des produits toxiques aux odeurs nauséabondes lors des tirs explosifs,
  • La pollution des cultures par les émissions des produits toxiques et des poussières. Aujourd’hui ces champs sont inaccessibles.
  • Le déplacement à plus de 20 mètres et la pollution des rivières qui sont aujourd’hui inexploitées alors qu’elles constituaient les seules sources d’approvisionnement en eau des populations riveraines,
  • Les incidences sur la santé des populations riveraines,
  • Les déplacements forcés lors des tirs explosifs des quartiers entiers alors que les habitants sont situés au-delà du périmètre de sécurité,
  • Les nuisances sonores par le marteau piqueur ou brise roche qui travaille 24h/24h,
  • Les accidents et le risque permanant d’accidents de circulation lors des passages des camions et autres engins lourds,
  • La dégradation de la seule et l’unique route,
  • La déviation des rigoles aménagées par les populations riveraines pour canaliser les eaux pluviales vers la grande rivière.

       Ces impacts identifiés par le rapport de l’étude d’impact environnementale et social ne sont régulés par aucunes mesures d’atténuation de la part de la société exploitante. En plus, les populations riveraines déclarent n’avoir bénéficié d’aucune compensation, ni réalisation locale, ni taxe destinée au développement locale du fait de cette exploitation. Tout se passe comme si l’exploitation se faisait dans une zone inhabitée par des humains. À bout de patience, le collectif des riverains appelle la société Jinli de Fébé à mettre  immédiation fin à cette injustice et ces dommages, car le Cameroun est un pays de droit et il faut que cette société chinoise se soumette à ces lois.

        Par DJAWA WALIDJO Alain 

About Earth Cameroon

Check Also

01 JUILLET 2022_1

LE CALVAIRE DES POPULATIONS RIVERAINES DES SITES D’EXPLOITATION DES CARRIERES AU CAMEROUN : POUR UN PLAIDOYER POUR LA DEFINITION DES REGLES DE L’ART

           Décidément, le gouvernement de Yaoundé semble faire son choix entre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>