ACCAPAREMENT DES TERRES PAR LA PHP : LES POPULATIONS ONT ETE REPOUSSÉES A L’ARRIÈRE-PAYS OU LES CONDITIONS D’ACCÈS SONT TRÈS DIFFICILES. | Le RURAL.INFO
Home / Grands Projets / ACCAPAREMENT DES TERRES PAR LA PHP : LES POPULATIONS ONT ETE REPOUSSÉES A L’ARRIÈRE-PAYS OU LES CONDITIONS D’ACCÈS SONT TRÈS DIFFICILES.

ACCAPAREMENT DES TERRES PAR LA PHP : LES POPULATIONS ONT ETE REPOUSSÉES A L’ARRIÈRE-PAYS OU LES CONDITIONS D’ACCÈS SONT TRÈS DIFFICILES.

f9981679f9291cc4ef0352663a519d1d_XLRural. Info, 23 septembre

Face à l’infertilité des terres à laquelle sont confrontées ces populations, elles se retrouvent en train de chercher refuge soit dans les zones montagneuses, soit dans l’arrière-pays. Or ces zones sont encore fermées et l’accès est très difficile. Pour le délégué du MINADER de Loum, la perte de la fertilité des sols est la conséquence de la prise de possession de vastes hectares de terres par les agro-industries dans le Moungo. Et il relève aussi ce repli des populations de l’arrondissement de Loum à la recherche de terres fertiles : « on note déjà la déportation des habitants de Loum vers le Nkam (zone Babong vers Yabassi) à la recherche de nouvelles terres dont l’accès n’est même pas facile. » La nécessité de pourvoir à leurs besoins et à ceux de leurs familles contraints les petits planteurs à s’enfoncer dans des forêts éloignées des voies de communications usuelles. Les sentiers sont très souvent impraticables pendant la saison des pluies. Ce qui explique la difficulté qu’ils ont à écouler la production pour la consommation ou pour la commercialisation. Lors de nos investigations sur le terrain, les populations du quartier Nkolingo, de l’arrondissement de Njombé/Penja vivaient une situation d’encombrement des routes qui mènent à leurs plantations, du fait de la rupture d’un pont. Ils affirment : «  voici deux jours que nos produits sont bloqués au champ parce qu’il n’ya pas de routes pour les sortir » Ce sont de situation communes à l’ensemble de ces communautés et assez récurrentes. Donc en plus des longues distances que doivent parcourir ces paysans pour arriver à leur plantation, ils sont très souvent exposés au risque de travailler sans pouvoir jouir du produit de leur travail, à cause de l’enclavement des zones où leurs plantations sont situées. Certains du fait de la distance, sont obligés de s’installer en plantation pendant des jours, voire des semaines, pour un besoin d’efficacité dans le travail. Cette situation s’observe aussi à l’Ouest du Cameroun où on connait aussi le problème d’épuisement des terres. Seulement la particularité du cas du Moungo est que ces populations sont victimes de l’expropriation des terres accessibles par les entreprises agroindustrielles, qui pourtant disposent de moyens pour aller à l’arrière-pays, mais ont choisi d’user de leur pouvoir pour priver ces populations pauvres et impuissantes de toutes les terres fertiles et faciles d’accès. Pourtant à l’avis de certains grands investisseurs, les problèmes de terre ne se posent pas.  C’est pourquoi le responsable de la direction des relations extérieures de la PHP soutient que, « si les gens parlent tant de terres, ce n’est pas parce qu’il n’ya pas de terres, c’est parce qu’ils ne veulent pas aller en chercher où il y en a … nous occupons à peu près le 10e des terres de la zone.» Le 10e des terres de la zone ! Cela semble très insignifiant. Cependant, outre le fait qu’elle ne soit pas la seule agro-industrie qui se déploie dans la zone, il s’avère, comme par un hasard, que ce 10e des terres (en plus de celles qu’occupent les autres exploitants) est constitué des terres en bordure de route, donc très faciles d’accès ; ce qui rend l’écoulement de la production évidente. Et les populations doivent aller en chercher où il y’en a, c’est-à-dire dans les zones inaccessibles. C’est la raison pour laquelle le chef traditionnel de Bonadam va qualifier la PHP de « gros bourreau industriel » de la zone. Ceci parce que sa stratégie d’extension est parfois cruelle et contribue à enfoncer les racines de la pauvreté et du sous-développement.

Le rural.info

About Earth Cameroon

Check Also

LE NIGER VERSERA 540 MILLIARDS DE DROIT DE TRANSIT DU PÉTROLE AU CAMEROUN

Le trésor public camerounais percevra une somme de 540 milliards de francs CFA au titre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>