Home / Agriculture / CACAO-CAFE DANS L’ENGRAIS DE LA PROFESSIONNALISATION

CACAO-CAFE DANS L’ENGRAIS DE LA PROFESSIONNALISATION

cacao-y-cafeCameroun tribune, 13 Août

Constat du Conseil interprofessionnel du cacao et du café (Cicc) : près de 25 ans après la libéralisation des filières cacao et café, les organisations de producteurs, d’une manière générale, peinent à franchir le palier de la professionnalisation. Ce rappel a été fait le 11 août dernier par le secrétaire exécutif du Cicc, Omer Gatien Maledy, à l’occasion d’une signature de convention cadre entre l’organisme et quatre organisations de producteurs (Op) à Douala.

De fait, le Cicc dresse un tableau préoccupant de la filière, découlant de ce manque de professionnalisme.

D’abord, sur le plan de la production. Face à un verger vieux et de faibles rendements, ou encore au vieillissement de la force de travail, les Op n’ont pas su s’équiper en petit matériel d’entretien des plantations, ni assurer leur approvisionnement en matériel végétal.

Ensuite, au niveau de la commercialisation. Assujetties au diktat des acheteurs, les Op ne disposent pas de moyens suffisants pour s’équiper en matériel roulant leur permettant d’assurer le groupage des produits de leurs membres, ni de se doter d’infrastructures de stockage, de matériel de pesage et d’équipements de contrôle de la qualité.

Enfin en matière de financement. Ne disposant pas de crédits à la production et en l’absence d’un système de crédits de campagnes, les producteurs consentent souvent à vendre à bas prix des produits qui ne respectent pas les itinéraires techniques au niveau post-récolte (fermentation et séchage), sacrifiant ainsi la qualité.

Le Cicc estime que ces manquements doivent être corrigés au plus vite, et que cela passe par la professionnalisation des Op. D’où la convention-cadre signée mardi dernier, qui prévoit un accompagnement des producteurs. Entre autres activités envisagées, l’amélioration de la qualité par un accompagnement technique ; l’insertion des jeunes dans la production à travers le programme « New Generation » ; le rajeunissement du verger ; la rationalisation de la commercialisation interne ; la promotion des initiatives locales de transformation, etc.

Les quatre premières Op éligibles à cet accompagnement, et avec lesquelles la convention a donc été signées, sont réparties dans le Centre et le Littoral, et comptent en tout 5 700 membres.

Alliance NYOBIA

About Earth Cameroon

Check Also

sable

VENTE DE SABLE: VIVES TENSIONS AUTOUR D’UNE TAXE DE 4 000 FCFA

Plus un mois ne passe sans suivre des remous chez certains acteurs du secteur minier, ...

One comment


Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/ruralinfjp/www/wp-content/themes/sahifa/sahifa/comments.php on line 24
  1. je suis tres emu par le travail que le cicc fait les producteurs de cacao et cafe j’aimerais que

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>