Home / Foncier / PLAINTE CONTRE WWF : CES CONFLITS QUI NE FAVORISENT PAS LE TOURISME DURABLE.

PLAINTE CONTRE WWF : CES CONFLITS QUI NE FAVORISENT PAS LE TOURISME DURABLE.

indexIl se célèbre cette semaine la journée internationale de la biodiversité sous le thème biodiversité et tourisme durable. En effet, la diversité des espèces, des écosystèmes et des paysages favorise le tourisme et la croissance économique.

A cette occasion, il est important de mettre sur le tapis tous les problèmes qui peuvent d’une manière ou d’une autre être un frein pour le tourisme durable. Le cas de la plainte déposée par l’ONG Survival International contre WWF est un sérieux problème sur lequel il faut s’attarder afin que biodiversité puisse véritablement favoriser le tourisme durable

Pour rappel, l’ONG Survival International a déposé plainte à l’OCDE contre WWF, le fonds mondial pour la nature, en mettant en cause les agissements de ses patrouilles anti-braconnage contre les peuples de l’ethnie Baka dans les forêts protégées du sud-est du Cameroun. A en croire les témoignages recensés par l’ONG auprès des populations, ces dernières seraient victimes de plusieurs cas d’injustices comme le révèle ce témoignage : « Les écogardes et les soldats du BIR sont arrivés dans la nuit. Ils ont pris trois lances, trois machettes et un couteau puis ils sont entrés dans ma maison et ils ont battu mes enfants. Ils ont pris nos pagnes et les livres d’école de ma fille et les ont brûlés » ou encore « C’était la saison sèche. Ils nous ont demandé de regarder le soleil. Les yeux nous brûlaient mais ils ont dit que si nous ne le faisions pas, ils nous battraient ».L’ONG reproche aussi à WWF de ne pas avoir obtenu l’« accord libre, préalable et informé » des Baka pour la création de ces réserves sur leurs terres ancestrales, comme l’y oblige la déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Comment  espérer avoir un tourisme durable s’il n’existe pas un cadre de concertation effectif et efficace entre les organismes de conservation tels que WWF, l’ administration en charge des forêts et de la faune, les populations riveraines des aires protégées, les ONG de protection de l’environnement et des droits des populations riveraines des aires protégées ?

Pour un tourisme durable, il serait important d’améliorer les cadres de dialogue entre les différentes parties prenantes. Tant que les populations riveraines ne tirent pas des bénéfices de la gestion des aires protégées qui sont leurs anciennes terres dont elles ont été dépossédées, elles seront complices de braconnage. Ce qui entrainer a la répression des administrations. Des ONG comme Survival international porteront plainte contre l’État du Cameroun et les organisations de conservation telles que WWF. Au final,c’est un cercle vicieux qui a pour résultante une image négative du Cameroun et des organisations de conservation.

En fin de compte, l’implication effective des populations dans la gestion des espaces protégés est l’une des clés du tourisme durable.

Gérardin kuenbou, rural.info

About Earth Cameroon

Check Also

IMG-20171117-WA0019

EXPLOITATION MINIÈRE : UN CHINOIS TUE UN CAMEROUNAIS A BETARE-OYA.

Tout a commencé lorsque les populations riveraines du village Longa Mali se sont révoltées contre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>