Home / Grands Projets / INDEMNISATIONS DES GRANDS PROJETS : POURQUOI CA ECHOUE A MEMVE’ELE ET CA REUSSIT A LOM-PANGAR ?

INDEMNISATIONS DES GRANDS PROJETS : POURQUOI CA ECHOUE A MEMVE’ELE ET CA REUSSIT A LOM-PANGAR ?

lom_pangar_barrage_cameroun_640Le rapport 2014 de La Commission Nationale Anti Corruption du Cameroun (CONAC) fait état des malversations dans l’évaluation des constructions et des cultures, et des détournements de deniers public dans le cadre du projet de construction du barrage hydroélectrique de Memve’ele. Le préjudice causé à l’Etat s’élève à 1.792.399.619 (un milliard sept cent quatre vingt douze millions trois cent quatre vingt dix neuf mille six cent dix neuf) FCFA Alors que tous s’accordent pour reconnaitre l’exemplarité du projet LOM-PANGAR, y compris sur les aspects sociaux, nous sommes allés à la rencontre des acteurs de terrain pour savoir pourquoi le paiement des indemnisations a réussi à Lom-Pangar et échoué à Memve’elé.

Les projets uniquement suivis par l’administration se soldent par des détournements des fonds publics

A MEMVE’ELE, le paiement des indemnisations était conduit uniquement par la sous-commission de constat et d’évaluation des cultures et des constructions, constituée essentiellement des représentants des administrations concernées et des chefs de villages qui se laissent facilement corrompre. Il faut rappeler que le chef de village est l’auxiliaire de l’administration. Il faudrait qu’il ait un cran particulier pour contester les décisions prises par le préfet de sa circonscription, qui est son chef hiérarchique.  Selon le rapport de la CONAC, il y’aurait aussi eu du trafic d’influence, notamment de certains personnels travaillant dans les services du Premier Ministre. Le rapport évoque l’influence négation d’une certaine dame travaillant au Premier Ministère qui serait impliquée dans les détournements à Memve’ele.

A LOM-PANGAR par contre, à côté des commissions de constat et d’évaluation des cultures et des constructions, le projet a associé les organisations de la société civile pour suivre le bon déroulement des opérations de paiement des indemnisations. En plus de la société civile, la Banque Mondiale qui est l’un des bailleurs de fonds du projet, a recruté un agent local pour vérifier le travail effectué pas les équipes de constat et d’évaluation des biens à détruire et s’assurer du paiement effectif des indemnisations aux réels propriétaires.

Les paiements des indemnisations peu transparents favorisent les détournements des deniers publics

Tout porte à croire que le paiement des indemnisations s’est effectué dans une opacité totale. La commission aurait surévalué les montants à payer à certains individus, tandis que les biens de certains propriétaires ont été ignorés ou sous évalués.

Un leader d’une association des riverains du projet LOM-PANGAR explique qu’il en a été tout autrement à LOM-PANGAR. La société EDC a affiché les listes de tous les bénéficiaires des indemnisations, avec les superficies et les montants. Elle a ensuite laissé un temps suffisant aux populations de faire des réclamations. Enfin, toutes ces opérations se faisaient sous la supervision de l’administration, de la société civile et des partenaires au développement.

La transparence dans le paiement des indemnisations éviterait les manque à gagner pour l’Etat et pour les riverains.

Les projets financés par les investissements chinois se préoccupent peu des droits des riverains

Sujet difficile et pénible ! Mais il faut regarder la vérité en face! Les projets financés par les investissements chinois comme ceux de MEMVE’ELE se préoccupent peu des aspects sociaux. Dans un contexte de très faible gouvernance, on constate qu’il ne faut pas compter sur les camerounais pour assurer le bien être du Cameroun. Il faut une intervention extérieure pour impliquer la société civile et s’assurer que les biens publics ne seront pas détournés. Lom-PANGAR est différent à cause de la présence de la Banque Mondiale dans le projet et Memve’ele est catastrophique parce que les Banques chinoises ne se préoccupent pas de l’impact du projet sur le développement des populations riveraines.

Comment sera-ton délivré de la malédiction qui consiste à toujours attendre l’intervention extérieure pour notre propre développement ? Cela dépend de chacun d’entre nous d’abandonner les mentalités égoïstes et égocentriques pour décider de travailler au bien commun. Le Gouvernement doit en priorité prendre ses responsabilités et assurer un meilleur suivi des projets de développement en veillant à l’implication de la société civile qui peut asurer que les droits des communautés riveraines sont respectés.

About Earth Cameroon

Check Also

index

CAMEROUN : LES ORPAILLEURS TRADITIONNELS FACE AUX CHERCHEURS D’OR CHINOIS

Au Cameroun, les petits orpailleurs qui prospectent de l’or de manière artisanale sont révoltés par ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>