Home / Foncier / REDEVANCE FORESTIÈRE DUE AUX COMMUNAUTÉS : « DEPUIS LA SUPPRESSION DE LA REDEVANCE FORESTIÈRE ANNUELLE DUE AUX COMMUNAUTÉS, LES PROJETS DE DÉVELOPPEMENT SONT A L’ARRÊT DANS LES COMMUNAUTÉS »

REDEVANCE FORESTIÈRE DUE AUX COMMUNAUTÉS : « DEPUIS LA SUPPRESSION DE LA REDEVANCE FORESTIÈRE ANNUELLE DUE AUX COMMUNAUTÉS, LES PROJETS DE DÉVELOPPEMENT SONT A L’ARRÊT DANS LES COMMUNAUTÉS »

RFALa suppression des 10 %  revenant aux populations riveraines est toujours au cœur des débats car les populations en souffrent toujours. M. FOMENGOU EDOUARD coordonnateur de l’ONG Cercle d’Appui au Développement Rural, s’exprime à propos.

Bonjour M. FOMENGOU EDOUARD vous êtes coordonnateur de l’ONG Cercle d’Appui au Développement Rural. Quelles sont les activités que vous menées au quotidien ?

Dans notre quotidien nous accompagnons les communautés dans la gestion de la RFA.

Quels auront été les projets réalisés par votre organisme dans les localités où vous intervenez ?  

Nous intervenons dans les localités de JALILOBE, AKOK et ELOM. Et dans ces différentes localités, plusieurs réalisations ont été faites. Dans la localité de JALILOBE par exemple, la RFA a permis de renouveler le  plan simple de gestion de sa forêt communautaire. Dans cette même communauté, la RFA a permis la construction  d’une école publique, et de payer les enseignants de cette école.

Si nous parlons de la communauté d’AKOK, nous dirions que la RFA a permis la délimitation et le layonnage de la forêt communautaire, le paiement de enseignants et l’envoi des enfants de la localité à l’université.

Etant donné que la RFA a été supprimée, quelles sont les conséquences de cette suppression sur la vie des communautés Aujourd’hui ?

La réponse est simple ! Au jour d’aujourd’hui, les projets de développement sont stoppés. Les communautés sont lésées et ne sont plus rien, si non de simple spectateur. Elles regardent impuissamment leurs richesses partir, celles qui leur permettaient des survivre et d’envoyer leur enfants à l’école et de mener leurs actions de développement.

Ceci  entraîne également l’exploitation illégale des forêts. Les communautés se mettaient ensemble pour surveiller et  contrôler la gestion des forêts parce qu’elles savaient qu’il y a un gain. Mais à présent qu’elles n’y trouvent plus leur intérêt, elles ne le feront plus. Elles vont se convertir à autre chose où elles gagneraient mieux, ce qui va encourager l’exploitation illégale de la part des entreprises forestière.

Que pouvez-vous dire aujourd’hui à l’ endroit du gouvernement camerounais ?

Dire que les populations ne sont pas comptables c’est vrai. Mais dire qu’il n’y a pas de réalisation avec les 10% de la RFA, là nous nous inscrivons en faux. C’est juste qu’il n’y pas de traçabilité de l’usage de l’argent. Mais la suppression de la RFA c’est ce qui est mauvais, on devrait trouver des solutions pour rendre les communautés plus responsables de l’argent qu’on leur donne. Je dirais donc au gouvernement de restituer les 10% des populations riveraines.

William TADOUM

 

About Earth Cameroon

Check Also

IMG-20171117-WA0019

EXPLOITATION MINIÈRE : UN CHINOIS TUE UN CAMEROUNAIS A BETARE-OYA.

Tout a commencé lorsque les populations riveraines du village Longa Mali se sont révoltées contre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>