Home / Non classé / HORREUR A LAQUINTINIE: LA NECESSITE DUNE REPONSE GLOBALE

HORREUR A LAQUINTINIE: LA NECESSITE DUNE REPONSE GLOBALE

laquintinieLe samedi 12 mars 2016, madame Koumatei Monique, femme enceinte des jumeaux est morte devant l’entrée de l’hôpital. La major de l’hôpital aurait refusé de prendre en charge ce cas, parce que le seul médecin gynécologue était occupé à soigner un autre patient. Elle a alors fermé les portes de la maternité. Une connaissance de la famille prend surelle d’ouvrir le ventre de la maman décédée à même le sol de l’hôpital pour sauver la vie des bébés. Malheureusement, entre-temps, ils étaient déjà morts sous le regard impassible du personnel de l’hôpital.

Cet homicide volontaire ou involontaire (les enquêtes en cours nous le révèleront) n’est pourtant pas l’exclusivité de l’hôpital Laquintinie. En effet, selon les statistiques officielles de l’OMS, entre 4000 et 7000 femmes décèdent au Cameroun de suite d’accouchement. Les femmes qui vivent dans les villages paient un tribut plus élevé. Dans les villages, chaque jour, des femmes meurent, faute de centre de sante équipé. Pourtant, les revenus issus de l’exploitation des ressources naturelles de ces localités pourraient contribuer à l’équipement de ceux-ci. C’était le sens de la quote part de la redevance forestière dédiée aux communautés riveraines. Cet argent devait être investi dans des projets sociaux tels que l’équipement des centres de santé ou l’achat des médicaments de première nécessité. Malheureusement, le Ministère des finances a décidé de les supprimer au profit des agents des impôts dont le train de vie montre pourtant qu’ils sont les plus nantis de la société. En effet depuis la Loi de finances 2016, la quote part des communautés dans la redevance forestière annuelle a été supprimé au profit des agents chargés du recouvrement qui touchent désormais 5 % de la RFA.

L’horreur de l’hôpital Laquintinie nous rappelle le drame quotidien des femmes rurales des zones forestières du Cameroun qui souffrent de la suppression des 10 % de la RFA des communautés riveraines qui pourraient contribuer à éviter des morts comme celle de madame Koumatei Monique

About Earth Cameroon

Check Also

DSCF2859

CAMEROUN : TENSIONS ENTRE CAMEROUNAIS ET CHINOIS SUR L’EXPLOITATION INDUSTRIELLE DE L’OR

L’exploitation industrielle de l’or dans l’est du Cameroun provoque de fortes tensions entre populations locales ...

One comment


Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/ruralinfjp/www/wp-content/themes/sahifa/sahifa/comments.php on line 24
  1. Bonjour,
    Cette article est très poignant et montre effectivement la nécessité de restituer les 10% de la RFA destinée aux communautés rurales. La suppression de cette côte part de la communauté est un abus qui devrait être corrigé pour respecter le partage équitable des ressources forestières entre les différentes parties prenantes; ceci étant un principe du Protocole de Nagoya qui a été ratifié par le Cameroun.

    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>