Home / Environnement / CONGO-KINSHASA: PARC NATIONAL DE LA SALONGA – UN BRACONNIER D’ÉLÉPHANTS CONDAMNE A 20 ANS DE PRISON FERME.

CONGO-KINSHASA: PARC NATIONAL DE LA SALONGA – UN BRACONNIER D’ÉLÉPHANTS CONDAMNE A 20 ANS DE PRISON FERME.

elephant152922508_0Un braconnier opérant dans le Parc national de la Salonga a été appréhendé et condamné à 20 ans de prison ferme.

La neutralisation et la mise hors d’état de nuire du braconnier Didier Konga Bodjoko, alias Mopao, fait suite à l’amélioration de la collaboration entre les autorités du Parc national de la Salonga et les communautés locales. Grâce à cette collaboration agissante, les populations riveraines rapportent les cas de braconnage dans leur zone.

C’est donc un signe que la co-gestion du Parc national de la Salonga entre l’Institut Congolais pour la Conservation de la nature (ICCN) et le WWF (Fonds Mondial pour la Nature) marque des progrès avec une coopération effective des communautés.

Les faits

En date du 16 mai dernier, les éco-gardes du Parc national de la Salonga ont surpris un groupe de braconniers à l’intérieur du parc, le long de la rivière Lotanga, dans le territoire de Dekese, en province du Kasaï.

Au nombre de ces braconniers se trouvait M. Didier Konga Bodjoko, alias Mopao, en possession d’une arme de guerre. Suite au refus de ce dernier de se faire désarmer par les gardes du parc, il s’en est suivi un échange de tirs au cours duquel un braconnier a été tué sur-le-champ. Mopao s’en est sorti grièvement blessé à la main.

Ayant réussi à s’échapper et cherchant ensuite à se faire soigner, Mopao s’est rendu au village de Looto, dans le territoire de Kole, dans la province voisine du Sankuru où il a été arrêté par la police. Le Tribunal militaire de garnison de Lodja s’est transporté à Kole, le 12 juillet 2016.

Et par son jugement rendu le 13 juillet 2016, il a condamné Didier Konga Bodjoko à 20 ans de servitude pénale pour possession illégale d’arme de guerre (infraction punie par l’article 203 de la loi n°024/2002 du 18 novembre 2002 portant code pénal militaire) et pour possession d’une arme à feu à l’intérieur d’un parc national (fait prévu et puni par l’article 71 de la loi 14/003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature). Depuis le samedi 20 août 2016, le condamné a été acheminé à Kinshasa pour y purger sa peine à la prison militaire de Ndolo.

 Le potentiel online, St Augustin K.

About Earth Cameroon

Check Also

auto

AUTOROUTE YAOUNDE-NSIMALEN : 1,4 MILLIARD FCFA POUR INDEMNISER LES RIVERAINS

Les autorités camerounaises ont procédé, le 5 septembre 2018, dans la région du Centre, au ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>